Autodistribution et ses Réseaux AD au secours de deux entreprises dévastées dans la Vallée de la Vésubie

Beaucoup de réparateurs sont victimes des conséquences économiques de la crue qui a ravagé la vallée de la Vésubie. Parmi eux, deux sont particulièrement touchés puisque leurs entreprises, en bordure de la rivière en furie, ont été détruites : un garage AD à Saint-Martin-Vésubie et un garage Autoprimo à Roquebillière. Autodistribution et les deux Réseaux de réparation viennent de lancer une cagnotte pour que les adhérents puissent venir en aide aux deux sinistrés…

A gauche, ce qu’il reste du garage Auto Primo Saint Sébastien (Roquebillière) et à droite, la crue a totalement emporté le garage AD Expert des Deux Vallées (Saint Martin Vésubie) : le déluge a effacé toute trace de l’entreprise fondée il y a 60 ans...

A gauche, ce qu’il reste du garage Autoprimo Saint Sébastien (Roquebillière) et à droite, la crue a totalement emporté le garage AD Expert des Deux Vallées (Saint-Martin-Vésubie) : là, le déluge a même effacé toute trace de l’entreprise fondée il y a 60 ans…

Dans la Vallée de la Vésubie, sur les hauts de Nice, c’est la désolation que nous avons tous pu découvrir durant les multiples reportages sur les conséquences de la tempête Alex. Dans cette seule vallée couverte par Autodistribution Charreton Azur, une dizaine de réparateurs-clients du distributeur sont impactés.

Les routes, les entreprises, la centrale EDF… Au mieux, c’est l’activité économique qui est totalement interrompue. Le temps que des pistes soient tracées pour contourner les routes impraticables, rien ni personne n’entre ni ne sort des villages dévastés. Et pour deux entreprises tout particulièrement – le garage AD Expert des Deux Vallées, à Saint-Martin-Vésubie et le garage Autoprimo Saint Sébastien, à Roquebillière – ce sont leurs terrains et leurs locaux qui ont été totalement dévastés…

Pour les soutenir, Autodistribution et les deux Réseaux de réparation viennent de lancer une cagnotte pour les aider à franchir les premiers obstacles de cette catastrophe pour leurs entreprises, leurs collaborateurs et leurs clients. D’ores et déjà, vous pouvez donc apporter votre soutien en vous connectant sur Leetchi :

 

AD Expert Saint-Martin-Vésubie : un garage totalement effacé de la carte

Le Garage AD Expert des deux Vallées, à Saint-Martin-Vésubie, a totalement disparu. Corps et âme. En début d’après-midi, la crue emportait une première moitié de l’entreprise ; trois heures plus tard, le reste disparaissait sous les assauts apocalyptiques de l’eau, de la boue et des débris charriés par la rivière. En moins de 24 heures, une entreprise créée il y a 60 ans –et depuis 37 ans dans la famille de Marc Baudin de Thé– a été totalement détruite.

L'AD Expert des Deux Vallées avant la tempête (ci-dessus)… et après (ci-dessous)

L’AD Expert des Deux Vallées : avant la tempête (ci-dessus)… et après (ci-dessous)

Il ne reste rien de l'entreprise

Il ne reste rien de l’entreprise

L’affaire emploie 4 personnes, dont la mère et le père de Marc. Le fils reprenait l’entreprise il y a 10 ans. Il y a réalisé de multiples investissements pour conforter les 800 000 euros de CA annuels : mise aux normes de la station-service, équipement d’atelier modernisé…

Il n’est bien sûr pas question de reconstruire sur un terrain qui n’existe plus. Quand nous l’avons joint, Marc sortait d’une réunion avec les élus locaux et régionaux et les chefs d’entreprises sinistrées. La volonté de ressusciter l’activité économique y était fermement affichée. Car plusieurs autres entreprises ont vécu le même drame que le Garage des Deux Vallées : une scierie a été emportée, comme la boucherie, ses locaux et tout son stock…

C’est donc toute l’assise économique du village comme de ses alentours qui est menacée. Reste à savoir où reconstruire dans une vallée encaissée comme celle de la Vésubie. « Beaucoup de terrains hier constructibles se retrouvent maintenant en zones inondables », explique-t-il ; et dans nos vallées, les terrains accessibles aux entreprises ne sont pas si faciles à trouver ».

Mais il l’affirme déjà : « nous nous battons ; nous reconstruirons ». A 43 ans, porteur comme il est d’une continuité familiale, Marc Baudin de Thé a bien l’intention de ne pas se laisser abattre par cette tempête.

 

Autoprimo Roquebillière : le garage au bord de l’abîme

A Roquebillière, après le passage de la tempête Alex, tout ou presque est à reconstruire. Dans le quartier Saint-Sébastien du village sinistré et coupé du monde, le garage Autoprimo de Frank et Déborah Portail a été très durement frappé. De ses 2 500 m2 initiaux, il ne reste que 100 m2 debout, en fragile équilibre en lisière du terrain que le passage du flot en furie a bien voulu laisser (voir photo ci-dessous). Le garage était à 50 mètres de la rive : la crue diluvienne a dévoré la berge jusqu’à venir détruire la quasi-totalité de son entreprise.

 

Garage Autoprimo Saint Sébastien (Roquebillière): avant et après la tempête

Le quartier Saint-Sébastien, c’était le poumon économique du village, explique Franck Portail ; toutes les entreprises dont la centrale EDF ont été atteintes. « Nous pourrions peut-être en partie fonctionner, mais les routes sont toutes coupées. Les clients ne peuvent pas venir et Autodistribution Charreton Azur ne peut pas nous livrer », se désole-t-il…

Lui et son épouse Déborah sont aussi dévastés que l’entreprise qui assurait le revenu du couple et de sa famille : « le Covid-19 a été un premier coup dur pour nous, mais nous étions en train de rattraper le temps perdu. Les clients étaient revenus. Notre progression régulière depuis plusieurs années (son garage date de 5 ans), nous avait assuré le soutien des banques comme la reconnaissance et la fidélité de notre clientèle ».

Mais cette fois, le sinistre n’est pas seulement économique : la crue de la Vésubie a englouti la berge, les routes, les ponts et les 9/10èmes de leur entreprise. « Et même si nous pouvons récupérer le matériel épargné par la catastrophe, je ne sais pas où exercer mon métier : c’est toute la zone commerciale et ses locaux commerciaux qui viennent d’être touchés ».

Recommencer, le couple y pense bien sûr. A 45 et 42 ans, Franck et Déborah ont non seulement toute leur vie professionnelle à poursuivre, mais ils avaient de solides projets pour asseoir leur avenir. « Forts de notre progression avec le panneau Autoprimo, nous envisagions d’ouvrir une activité de carrosserie sous enseigne AD. Il n’y a plus de carrossier dans notre vallée. Nous allions nous lancer, en embauchant un mécano pour me permettre de prendre l’activité de carrosserie en charge. »

Mais maintenant, sans activité possible, le projet est évidemment reporté. Et le couple a en outre bien du mal à imaginer le seul présent immédiat : son assureur ne veut prendre en compte la perte d’exploitation qu’une fois un expert dépêché sur les lieux, pour valider l’impossibilité d’exercer son métier. « Il devait arriver vendredi par hélicoptère, mais il n’est pas venu. Comment imaginer que je pourrais travailler, quand il ne peut lui-même que venir par les airs ? Comment dans ces conditions les clients pourraient-ils de toute façon faire pour venir en voiture jusqu’à ce qu’il reste de mon atelier ? »

Franck et Déborah sont d’autant plus inquiets que les pouvoirs publics semblent prêts à tirer un trait sur la zone commerciale, considérée dorénavant comme une zone menacée d’éboulement et dangereusement inondable. « Nous allons nous battre, explique le courageux entrepreneur, avec l’appui des élus locaux. Car le quartier Saint-Sébastien est le seul endroit où l’on puisse réimplanter des entreprises. Nous espérons que la centrale EDF, qui a commencé ses travaux, construira aussi une digue pour sécuriser notre environnement. Si le quartier Saint Sébastien n’était pas sauvé, c’est toute l’activité économique et la vie du village qui seraient condamnés ».

Alors, aidons-les ensemble ! La force d’un Réseau, c’est aussi sa solidarité…

L’Équipe Réseau AD

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*