Eco-entretien : l’opportunité business à saisir en 2018 !

Membre de l’Association Eco-entretien au travers d’Autodistribution, le réseau AD s’apprête à lancer la prestation dès cette année. Les audits Ecocert sont en cours chez vos distributeurs, qui pourront très bientôt promouvoir le concept auprès de vous pour faire en sorte que vous soyez en mesure de répondre aux exigences des nouvelles normes anti-pollution dont le respect sera bientôt exigé au contrôle technique. Et surtout, de saisir l’opportunité nouvelle de 5,4 millions d’entrées-atelier !

Depuis 2017, le réseau AD est partie intégrante de l’Association Eco-entretien au travers d’Autodistribution, aux côtés de nombreuses fédérations professionnelles du secteur des services de l’automobile et de plusieurs groupements de distribution et enseignes d’entretien-réparation de la filière. «L’Eco-entretien est une prestation d’avenir dans le contexte réglementaire lié à la transition énergétique, souligne Olivier Hélore, Responsable du développement commercial Pièces & Services Techniques d’Autodistribution. C’est une dynamique enclenchée par les pouvoirs publics au travers d’un décret venu renforcer le contrôle technique.»

En effet, le décret d’application de l’article 65 de la loi de transition énergétique, publié le 21 juin 2016, introduit de nouvelles mesures d’opacité en sortie d’échappement qui seront contrôlées plus sévèrement lors de la traditionnelle “visite médicale” du véhicule, à partir du 20 mai 2018, et feront l’objet de contre-visites en cas de non-respect des normes.

Ce contrôle technique renforcé comptera 132 points de contrôle au lieu de 123 et les défauts d’opacité représenteront plus de la moitié des contre-visites. «Dans certains cas d’opacité extrême, il s’agira d’une défaillance critique et l’automobiliste devra y remédier avant la fin de la journée sous peine de voir son véhicule immobilisé», ajoute Olivier Hélore.

 

Plusieurs millions d’entrées-atelier potentielles

Votre tête de réseau estime à 5,4 millions le nombre potentiel d’entrées-atelier par an dues à ce renforcement du contrôle anti-pollution. «Rien que pour le réseau AD, cela devrait représenter environ 400 000 entrées-atelier nouvelles, prédit Olivier Hélore. Soit 7% de ces 5,4 millions.»

Et cela ne devrait qu’augmenter, puisque l’entrée en vigueur dans le protocole du contrôle technique de la mesure des particules fines pour les véhicules diesel et essence est prévue pour le 1er janvier 2019, dans la foulée du nouveau protocole d’homologation des véhicules neufs. Autant de raisons, donc, de vite se préparer à saisir l’opportunité de l’Eco-entretien dans vos garages. «Les ateliers se doivent d’apporter une réponse aux automobilistes que ce soit en amont du contrôle technique ou en aval, souligne Olivier Hélore. Aujourd’hui le pré-contrôle technique ne suffit plus à répondre à cette législation, donc les ateliers AD doivent investir dans le matériel adéquat et surtout se former.»

Ce sont vos distributeurs Autodistribution qui sont chargés de vous fournir le matériel –en particulier l’analyseur 5 gaz homologué par l’UTAC et les produits de traitement homologués par l’IFSTTAR– et de vous former afin que vous puissiez disposer de l’indispensable label Eco-entretien.

Mais pour cela, il faut passer par un audit Ecocert, condition sine qua non fixée par la charte Eco-entretien pour certifier les prescripteurs (les distributeurs) et les utilisateurs (les ateliers). «Tous les distributeurs VL du groupe Autodistribution ont été identifiés auprès de l’Association Eco-entretien pour promouvoir le concept auprès des réparateurs, se félicite Olivier Hélore. Une fois certifiés, ils pourront s’adresser à leurs clients réparateurs qui n’attendent que ça !» Parallèlement, des formations sont prévues pour les adhérents AD les 19, 20 et 21 mars en partenariat avec Spheretech, qui fournit le logiciel joint aux analyseurs 5 gaz Bosch X822 déjà commercialisés depuis un an par vos grossistes Autodistribution.

 

AD espère labelliser l’ensemble du réseau

Vous l’avez compris : le réseau AD se doit d’être au cœur du dispositif des 4 à 5 000 centres qui seront labellisés d’ici 2019 et certifiés par les pouvoirs publics. «Notre souhait serait de labelliser l’ensemble des 1 300 adhérents du réseau mécanique AD, mais cela se fera sur la durée, reconnaît Olivier Hélore. Aujourd’hui, un tiers du réseau a déjà identifié l’Eco-entretien comme un enjeu d’avenir et sont prêts à y aller. Un autre tiers ira dans un deuxième temps, lorsque leurs confrères auront testé la prestation.» Clairement, ne pas s’équiper et se former équivaut à laisser le champ libre aux réseaux concurrents, déjà nombreux à faire partie eux aussi de l’Association Eco-entretien. «Si nous ne sommes pas prêts, nous risquons de fragiliser notre part de marché», prévient Olivier Hélore.

Si vous souhaitez donc vous lancer dès cette année, il faut vous identifier auprès de votre distributeur de proximité, vous équiper de l’analyseur 5 gaz de votre choix et des produits d’entretien, puis vous recevrez la formation et obtiendrez le label de la part de votre distributeur, habilité à l’octroyer sur la base du cahier des charges Ecocert. Mais avant cela, un audit sera réalisé dans votre enseigne, avec état des lieux des compétences techniques de l’atelier, identification de vos points forts, identification de vos besoins de formation pour améliorer/maintenir la qualité de service client.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*